Aspiration d’atelier

Quand j’ai commencé à travailler le bois sur les vieilles machines Kity de mon père, elle était dépourvue d’aspiration. Indépendamment de la poussière respirée par mes poumons, je passais plus de temps à nettoyer qu’à travailler. Après j’ai aménagé un nouvel atelier, mais toujours pas d’aspiration faute de place. En avril 2011, je décide de l’agrandir en construisant un appentis en bois. J’ai alors pu investir dans une aspiration de marque Leman. Elle sera stockée à l’abri dehors. 

Ce style d’aspiration est très pratique. Vu quelle est sur roulette on peut la déplacer facilement d’une machine à l’autre. Mais ce n’est pas mon cas.  Étant enfermé entre deux murs et en hauteur, cela était très compliqué pour vider et remettre le sac de copeaux. Et ce filtre, enfin si l’on peut appeler ça un filtre, une vrai m…  Enfin bon, j’avais plus les copeaux à ramasser après le travail.

En 2016, cela faisait déjà 3 trois ans que j’avais entièrement fermé l’appentis et je décide de modifié mon système aspiration. J’ai bossé sur 3 critères avant de me lancer. Le premier était le gain de place, le deuxième le contenant et le troisième la filtration.

À quoi cela me servait-il de garder cette machine montée comme cela en sachant qu’elle ne bouge pas. Je décide de séparer les éléments. Le moteur et la turbine seront fixés en hauteur sur le mur. Je l’ai fixé sur 2 chevrons solidement fixés sur le bardage. Parce que c’est lourd cette affaire !!! J’ai dû revoir une partie de mon réseau de conduits d’aspiration. 

Pour le contenant, j’ai choisi un tonneau alimentaire trouvé chez le revendeur du coin. J’ai récupéré la partie métallique qui se trouve entre le filtre et le sac. Je construis avec deux morceaux de CP une entretoise. Je réalise un trou à la défonceuse du diamètre intérieur du tonneau et une feuillure du diamètre extérieur du tonneau pour qu’il rentre un peu dedans. Elle est fixée au mur par deux équerres en bois. Pour le joint, je ne savais pas trop quoi mettre et du coup j’utilise du comprimante. C’est un isolant en mousse pour fenêtre. Bah cela a bien fonctionné.  Avec un autre morceau de CP et des paumelles de porte, je réalise une tablette rabattage pour soutenir le tonneau. Deux tiges filetées et des écrous papillon permettent la fixation avec l’entretoise. Et la pour vidé les copeaux c’est super pratique. Le problème, c’est que le tonneau n’est pas transparent et plusieurs fois je me suis fait avoir. Et là y’a plus qu’a tout aspiré ce qui tombe. Je voulais mettre une petite plaque de plexiglass pour voir le remplissage, mais je ne l’ai jamais fait.

J’ai trouvé le filtre sur internet en choisissant le bon diamètre. C’est quand même d’autre chose. Il dispose de 2 balais à l’intérieur ainsi qu’une poignée extérieure pour pouvoir le nettoyer. J’ai eu beaucoup de mal à le rentrer dans son logement. 

Étant en train de changer d’atelier, j’ai réalisé quelle modification sur l’aspiration. Et n’ayant pas pris de photos à l’époque où je l’ai construit, je vous montre plus en détail le système.

Cette modification est le rajout d’un système de prévenance de sac plein de marque Oneida Air Systems, le Dust Sentry. Comme je le dis plus haut, je me suis fait trop avoir à ne pas vider le tonneau avant que les copeaux ne montent jusque dans le filtre. Cela m’a tordu les balais intérieurs. Bon, c’est facile à détorde mais je n’aime maltraité mon matériel.  J’aurais voulu aussi mettre un cyclone de cette même marque, mais je manque de place. Après est-ce que l’investissement aurait valu le coup ? Je ne pense pas. Cette aspiration me sert essentiellement pour dégauchir et raboter. 

Il se compose :

D’un capteur infrarouge qui peut se régler de 2,5 à 50 cm du couvercle du tonneau. Un joint et un écrou plastique sont fournis avec. Il peut aussi détecter les matériaux liquides.

Ce capteur est relié à un feu rouge qui clignote quand le bac est plein. Le fil de raccordement mesure 1m82. Personnellement, l’aspiration est dans une autre pièce de l’atelier et cela me permet d’avoir une meilleure visibilité quand le tonneau est plein.

La prise du système est Américaine. Je me suis empressé d’acheter un adapteur, mais en lisant les commentaires des clients, ils disaient que ce n’était qu’un adaptateur et non un convertisseur. Par chance, le système est livré avec un transformateur allant jusqu’à 230 V. 

Ce système s’installe normalement sur le couvercle du contenant. Mais dans mon cas, je ne l’ai pas. Je regarde pour le fixer à l’intérieur de l’aspiration. Il aurait fallu que je perce un trou pour passer le détecteur et le reboucher pour éviter la perte d’étanchéité. Mais après impossible d’y avoir accès sans tout démonter. J’abandonne cette idée. Je pense le mettre sur le haut du tonneau. Le problème est que j’aurais dû à chaque fois le démonter pour pouvoir jeter les copeaux. Bon celle-là n’est pas bonne n’on plus. Alors, je décide de fixer le couvercle sur l’entretoise. Mais il faut que je rajoute des rondelles de bois pour pouvoir avoir assez de hauteur pour qu’il puisse passer.  Pour les premiers cercles, je les avais réalisés à la défonceuse, mais là je les ai faits à la scie sauteuse. La partie métallique de l’aspiration est tenue par des équerres et siliconée à l’entretoise.

Des équerres en bois soutiennent cette entretoise.

Le filtre est fixé avec la sangle métallique de serrage du sac à copeau d’origine.

Je décide de garder la tablette rabattable. Je pourrais l’enlever vu que le tonneau est solidement fixé au couvercle par son collier de serrage, mais j’ai peur que le poids n’arrache tout.

Pour la fixation du moteur, j’ai traversé les madriers du chalet avec des tiges filetées. On peut apercevoir derrière le moteur une boite de dérivation. Dans l’ancien atelier, j’avais déporté l’interrupteur d’origine. Je décide de la laisser. La turbine/moteur est reliée au tonneau/filtre avec le tuyau de 125 d’origine.

Un tuyau de diamètre 100 est relié à la turbine avec un manchon de 125 et une réduction en 100.

Je décide de faire juste traverser la cloison avec le tuyau. Ce qui me permettra de ranger le tuyau. La fixation entre cloisons se fait avec des colliers auquel j’ai rajouté une équerre pour pouvoir les fixés au mur. 

La mise en route se fait avec une prise télécommandée. Faites bien attention au choix de la prise par rapport à la puissance du moteur. Ici c’est une 3500 W max.

N’hésitez pas à partager, liker, commenter et abonner vous pour suivre le blog.

Merci à vous

Nicolas

Un commentaire sur « Aspiration d’atelier »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s