Meuble pour scie à main

Mes premières scies à main furent stockées sur une porte d’un meuble d’atelier. J’ai pu y mettre les Occidentales, mais aussi les Japonaises. Au début, je me servais essentiellement de ces dernières. Mais j’ai investi petit à petit dans d’autres scies de marque réputée. À chaque fois que j’avais fini de m’en servir, elle retournait dans leur emballage de peur de les abimer. Ma porte de meuble étant pleine, je réfléchis à un nouveau stockage.  J’ai toujours aimé le « Cabinet Hand Saw » où elles sont toutes bien rangées, avec une facilitées à prendre et sont en sécurités. Mon choix se porta sur celui ci.

Matériaux :

  • Plateaux de frêne
  • Colle à bois Titebond

Outillages :

  • Dégau-Rabot
  • Scie à ruban
  • Scie sur table
  • Défonceuse
  • Ponceuse
  • Différents Rabots
  • Ciseaux à bois
  • Guimbarde
  • Wastringue
  • Scie à main
  • Scie japonaise
  • Différents guides
  • Serre-joints

Je vais utilisé de l’aulne que j’ai scié cela fait maintenant deux ans. J’en profite pour tester des scies égoïnes de chez PAX. Je ne les avais pour l’instant que juste contemplées. Une crosscut et une ripcut, en français tronçonner et déligner. L’affûtage est d’origine. J’ai presque tout ce qu’il me faut pour affûter. Mais je pensais avoir une pince à avoyer, mais impossible à remettre la main dessus.

Je regarde un peu le bois et commence à tracer mes morceaux. Je commence par le tronçonnage. Elle coupe bien et je n’ai aucun souci particulier.

Petite vidéo sur la scie en version crosscut

J’ai eu un souci au délignage. Sur la fin, la scie s’est mise en biais. Je pense à une mauvaise posture pour effectuer ce travail. J’aurais dû mettre ma planche à la verticale dans l’étau. Mais pas assez de recul. Il existe d’ailleurs le « Saw Bench ». Étant plus bas, il a une meilleure position pour cette tâche. Dans un futur proche, la fabrication de celui-ci serait envisageable et bénéfique. 

Je vous épargne le corroyage que j’exécute à la machine. Mais j’ai mal choisi mon bois et la section une fois rabotée est trop faible. Cette fois, je sélectionne judicieusement. Cela sera du frêne de bonne épaisseur. Je commence de nouveau les opérations ci-dessus.

Pour avoir la dimension souhaitée, je dois assembler les morceaux. Je commence par mettre les chants parfaitement d’équerre par rapport à la face avec un rabot à épaulement.

C’est le moment de collé et il faut que je dépêche parce qu’il fait très chaud dans l’atelier. Je m’assure en mettant des cales que mon bois ne se courbe pas. En effet, le faite de serrer avec les serre-joints a tendance à faire cintrer le bois.

Après collage, je vérifie et le bois ne s’est pas arqué.

J’enlève les surplus de colle au rabot d’affleurage et je fignole au rabot à angle faible.

Les côtés du meuble seront profilés. Je dégrossis à la scie à ruban et m’approche doucement de mon tracé au wastringue.

Au niveau de l’arrondi, j’ai eu de l’arrachement. Pourtant, je venais d’affûter la lame. Je parfaire à la ponceuse oscillante. Autre solution, le racloir. Mais ce fut l’occasion de sortir cette machine.

Pour le second côté, au niveau de l’arrondi, j’emploie la défonceuse avec une mèche à copier.

La traverse du devant qui permettra de poser la poignée de la scie est assemblée avec une queue d’aronde. Je m’aide de la guimbarde pour usiner le fond des queues femelles. L’esthétique ne me plaisant pas, je les refais plus grosses.

Les deux traverses arrière serviront quant à elle à poser la lame de scie dans une rainure. Je détermine leurs hauteurs en fonction des différents modèles que je possède. J’accomplis l’entaille à la scie, au ciseau puis à la guimbarde.

Après un assemblage à blanc, j’effectue le collage seulement sur la traverse avant. Pour celles de derrière, je les visse. Tout simplement pour pouvoir les démonter. On ne c’est jamais, peut-être que m’a collection va s’agrandir.

Devant rapidement partir de l’atelier, j’ai oublié une opération avant le collage. Le chanfrein de la traverse avant pour reprendre le galbe de la poignée. Wastringue et ciseau sont encore de sortie.

Un petit tasseau servira pour le logement de la lame de scie. Dans un premier temps, j’ai effectué ce travail à la scie sous table. Mais la rainure était trop large. Je recommence mais avec chaque scie pour avoir le trait de coupe parfait.

Le voilà en place. Simplement vissé au mur. La finition se fera par la suite. J’ai dû réorganiser quelques rabots qui sont pour l’instant posés sur mes étagères que j’ai récupérées de l’ancien atelier. Mais ils ne resteront pas comme cela. Je réfléchis à un autre rangement.

Conclusion :

J’avais dit que le prochain meuble serait pour mes ciseaux à bois, mais je devais trouver rapidement un moyen de stocker mes scies à main. C’est chose faite. Il va falloir aussi que je me mette à faire des plans ce qui me permettra de gagner du temps. Bon, je ne suis pas à la pièce et c’est une réelle passion avant tout. Mais des erreurs auraient pu être évitées. 

N’hésitez pas à partager, liker, commenter et abonner vous pour suivre le blog.

Merci

Arvi pa

Nicolas

2 commentaires sur « Meuble pour scie à main »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s