Ma Festool MFT 3

Quand j’ai commencé à aménager mon nouvel atelier, je me suis servi de cet établi. Mais rapidement, faute de place je l’ai plié et rangé dans un coin. Je voulais pouvoir tourner au tour de mon autre établi dédié aux outils manuels et les seules fois où j’ai eu besoin de le faire étaient pour disposer pour appareil photo. Après avoir fait quelques projets, il me manquait terriblement. Les moyens de serrages sont juste fantastiques. Pour ceux qui ne connaissent pas la Festool MFT 3, c’est un établi pliant composer un plateau en MDF percé d’une série de trous diamètre 20 mm avec tout autour un profil aluminium qui peut servir avec les accessoires et un rail de guidage à un moyen de coupe ou de fraisage extrêmement précis. Ce profil est aussi pourvu dans rail en T qui permet également le serrage de pièces à la verticale. 

Un dimanche matin, je commence à réfléchir pour réorganiser l’implantation centrale de l’atelier. Après avoir tourné les choses dans ma tête, mais aussi les objets de cette pièce, je finis par me mettre d’accord avec moi même. Le gros établi bois sera contre le mur du fond avec une petite réorganisation des outils manuels gênants. La table MFT sera au milieu et pourrait me servir de rallonge pour la scie sous table qui quant à elle sera juste devant. Et comme elles sont à la même hauteur, c’est le top. Bien entendu, je ne pouvais pas la laisser telle quelle sans avoir apporté ma touche personnelle. Et j’ai plusieurs améliorations qui me trottent dans la tête depuis pas mal de temps.

Doubles plateaux :

Le moment était venu de changer le plateau de la MFT. Je l’avais déjà refait il y a quelques années. Et en plus, pour ma première amélioration, il fallait que le plateau soit plus long. Je commence par débiter le MDF.

J’effectue une rainure de 6mm de profond. Je vous expliquerais le pourquoi du comment juste après.

Je démonte le plateau d’origine. La fixation est simple. Des inserts avec des vis M6 qui viennent prendre en sandwich les renforts de la table aux quatre angles.

Je réalise un chanfrein sur les trois côtés du plateau. L’autre devrait pour l’instant rester normale.

Le plateau rentre entre le profil aluminium qui remonte légèrement. La rainure sert justement à rentrer dedans. Et comme il est plus long, il le recouvre complètement.

Je repère les trous de fixation à l’aide de l’ancien plateau. Je perce en deux fois, installe les inserts et visse le plateau sur l’ossature.

Voilà le plateau mis en place. Il restera à percer les trous, mais cela se passera plus tard.

Le but d’avoir fait le plateau plus grand et d’en rajouter un autre, mais à la verticale sur le côté de l’établi. Il sera fixé dans la rainure en T du profil aluminium d’origine. Je repère et trace mes trous de fixations.

Je me sers d’une vis M6, d’une rondelle et d’un écrou carré. Je perce un trou de la taille de la rondelle pour cacher la tête de vis.

Le montage et démontage du plateau sera extrêmement facile.

Le plateau est en place. J’ai laissé volontairement un peu de gras sur le plateau du dessus pour pouvoir le coupé bien à ras de l’autre. Je vérifie avec une équerre et c’est nickel.

Étant fixé que sur le haut, il était un peu flexible. Il faut que je lui fasse une fixation sur le bas. Dans mes pensées, elle devait se faire sur les pieds, mais impossible. Je décide de percer la travers.

Elle est relativement simple. C’est une vis M6 tête hexagonale avec un premier écrou qui prend en sandwich le plateau. Les deux autres écrous servent pour le mettre d’équerre. Comme cela un réglage peut-être opéré.

Usinage des trous de 20 mm :

Il est temps de percer les trous de diamètre 20 dans ses plateaux. Pour le coup, j’ai investi dans un gabarit de marque UJK Technology. Il permet d’avoir des trous complètement parallèles et perpendiculaires sans pour autant avoir une CNC. Certes, un peu chère, mais réutilisable quand l’envie me prend de créer d’autres plateaux troués. 

La première chose à faire est de placer la règle. Elle est percée tous les 96 mm comme le standard Festool. Une fois trouvées les bonnes mesures, je la sécurise avec deux serre-joints.

Un gabarit de perçage pour mèche de 3 mm dispose d’un petit téton qui se loge parfaitement et sans jeu dans les trous de la règle.

La mèche quant à elle et sur un support avec butée d’arrêt. Et comme c’est bien pensé, il s’adapte sur le mandrin Centrotec Festool.

Je perce aux extrémités de la règle.

Aux endroits percés, je rajoute des broches de guidages de 3 mm. Tout comme le gabarit de perçage, elles disposent du petit téton. Je peux enlever les serre-joints et je finis de percer les autres trous.

Voici le secret de ce gabarit. En positionnant correctement les deux règles, on obtient un triangle rectangle. On est sûr d’être parfaitement d’équerre. Elles se fixent avec deux broches de guidages sur la rangée de trous fraichement percés. Je réalise le perçage sur le côté du plateau et en inversant le système, je réalise l’autre côté.

Pour la fixation en bout des deux règles, on a le choix. Soit on utilise une petite vise qui à toujours un petit téton de centrage. Ou alors, on peut prendre le deuxième gabarit de perçage de 3 mm. Ce dernier sert pour les grands plateaux et son petit téton fait deux fois l’épaisseur d’une règle.

Maintenant, je n’ai plus qu’a finir rangé par rangée en déplaçant ma règle fixée avec mes broches de guidages. Et le plateau est fini. Enfin pour les trous de 3 mm.

Ces règles dispose de trous supplémentaire axée à 32 et à 48 mm du point zéro. Pour mon besoin personnel, je décide de percer deux trous en plus. Je vous expliquerais par la suite le pourquoi. Je me sers des trous percés précédemment et commence par les tous de 32. Cela me permettra de les désaxé de mon réseau de trous.

Je positionne ma règle sur ces trous, mais sur la position 48. Cela va me donner un trou exactement au centre des autres, mais, désaxé de 32 mm. Je réalise cela sur le haut du plateau aussi.

Maintenant place aux trous de 20 mm. Pour cela, je vais utiliser un gabarit qui offre plusieurs fonctions que nous verrons tout au long de l’article. Il faut enserrer la mèche et sa butée. De ce faite elle ne pourra pas sortir du gabarit. Elle s’adapte aussi sur les mandrins Centrotec Fectool et cela va faciliter le travail. En effet, elle pourra désolidariser la mèche de la perceuse facilement. 

Elle dispose aussi d’une pointe de centrage qui rentre parfaitement dans les trous de 3 mm.

Je perce le premier trou. Mais je ne commence pas au bord du plateau. Le gabarit à besoin d’être bien fixé avec les broches de guidages pour un résultat parfait. Vous pouvez voir le raccord pour tuyau d’aspirateur. Malheureusement, c’est une option et c’est bien dommage parce que c’est un réel plus.

Je continue et je perce donc un trou sur deux.

Une fois fini, je retourne le gabarit et je perce les autres rangées de trous et toujours une fois sur deux.

Je peux maintenant ranger les broches de guidages et sortir les bench dog. Vous pouvez remarquer aussi le changement de trous de guidage pour la mèche. C’est la construction du gabarit qui veut cela. Y’a plus qu’a.

Pour le bord du plateau, il suffit de retourner le gabarit et le fixé avec les bench dog du même côté.

Je ressors mes broches de guidages pour percer mes trous désaxés à 48 mm soit au milieu des autres.

Enfin fini, pour une première c’est assez long, mais bon après quelques essais la qualité est au rendez-vous.

Place maintenant au plateau vertical. Comme je veux que les trous coïncident entre les deux, j’avais pris soin de bien prendre les mesures à reporter.

La réalisation du deuxième plateau a été plus vite. Déjà parce qui il ya moins de trous, mais surtout que je commence à apprivoisé le gabarit.

Les Bench Dog UJK Technology intègrent une petite collerette. Pour une utilisation optimale, il faut chanfreiner les trous de 20 mm.

Voici l’accessoire pour réaliser le chanfrein. Il dispose d’une plaquette jetable comme couteau. La base fait exactement 20 mm et s’insert facilement dans les trous de l’établi.

Une fois inséré, il suffit de tourner pour réaliser le chanfrein. Un travail long, mais impeccable à la sortie. Je le réalise sur mes deux plateaux.

Le Bench Dog colle parfaitement au plateau. De ce faite, on est sur qu’il soit bien perpendiculaire à la surface de travail et qu’il soit ajuster parfaitement. Et cela est très important pour l’utilisation de l’établi.

Butée arrière :

Sur l’ancien plateau, j’avais mis un INCRA Track comme substitution au système Festool d’origine. Par rapport à celui-là, il permettait de faire des coupes d’onglet, mais pas d’utilité pour moi. Le nouveau est équipé d’un ruban métré ainsi qu’une butée qui sont entièrement réglables. La fixation était faite avec deux équerres. Le souci c’est qu’il fallait le régler à chaque fois qu’on le mettait. Je vais me servir des trous qui sont complètement parallèles et perpendiculaires pour la nouvelle fixation.

Je vais me servir pour cette fixation, d’équerre, d’une vis tête hexagonale M8 et d’un Bench Dog fileté. Le guide quant à lui dispose d’une rainure en T donc fixation par celui-ci.

Je vérifie avec une équerre si mon système est bien correct. Et c’est impeccable.

Le montage est rapide et simple. Comme les Bench Dog sont usinés sans jeu, ont la certitude d’être toujours d’équerre.

Autre exemple, si on remplace ce rail INCRA par des Bench Dog pour mettre en appui le panneau de MDF et qu’on en met des autres perpendiculairement, la coupe sera bien d’équerre. C’est pour cela que j’avais percé des trous désaxés à 48 mm. Cela évite que le rail de guidage de la scie ne tombe dans les trous et abime ceux-ci.

Encore un autre exemple, mais dans l’autre sens du plateau. Ici je fraise une saignée dans la plateau de MDF. Le résultat est parfait. Bon forcément cela coule de source, mais si notre panneau n’est pas d’équerre cela ne fonctionne pas.

Un accessoire indispensable, les pinces à rail pour Bench Dog d’UJK. Ils permettent de bien plaquer le rail sur ces derniers. Et en plus, il tient en surévaluation tout seul. Pratique pour du travail répété.

Plateau intermédiaire :

Je ne peux pas me mettre de construire comme je l’avais déjà fait à plusieurs reprises, un caisson ou bâti pour pouvoir poser la MFT dessus. Je veux pouvoir la replier et avoir une grande surface dans l’atelier pour des grands projets. Le problème c’est la perte de place en dessous. Après réflexion, je vais réaliser un plateau intermédiaire démontable facilement et stocker une machine en dessous.

Je commence par fixer avec des boulons M6 deux travers sur les pieds de l’établi.

Dans ces travers, j’intègre des inserts filetés qui permettront avec des petites poignées de fixé le plateau fraichement coupé aux dimensions.

Et voilà le travail. Je pourrais mettre par exemple des sortainers de chez Festool ou alors poser des machines et accessoires. De plus, avec un plateau troué, poussière et petit objet tombent facilement à travers. Mais là, ils ne tomberont pas par terre. Ma défonceuse sous table, une fois pliée et mise sur un plateau à roulette pour une mise en oeuvre facile, à trouver sa place en dessous. Ainsi qu’une caisse pour les chutes de bois. Comme il me reste de la place derrière les sortainers, j’y ai mis pour le moment mon kit Veritas pour coupé des panneaux, mais possible que je mette le guide d’origine de la défonceuse sous table. À voir…

Le plateau vertical :

Je vous ai montré la réalisation et la fixation du plateau vertical. Je lui intègre trois rails en T INCRA. Un horizontal et deux autres verticales.

J’ai fabriqué un support réglable en hauteur pour poser des plateaux et les sécuriser le temps de les fixer avec un serre-joint. La travers du devant est plus haute ce qui évite que la pièce ne tombe.

Comme les trous horizontaux et verticaux sont alignés, en mettant des bench dog on arrive à fixé deux planches parfaitement d’équerre et alignées. Pour le report des queues d’aronde, c’est parfait aussi.

Accessoires UJK :

J’ai pris des bench dog de grandes et petites tailles.

J’ai aussi pris un kit pour le serrage des pièces. Il est composé de trois bench dog, de cales en bois et d’un levier.

En rajoutant des bench dog et des leviers, on peut facilement joindre deux pièces de bois.

Les bench dog sont tellement bien ajustés, qu’ils sont compliqués à retirer. Sur une vidéo de présentation des accessoires UJK, il utilise une pince de fabrication maison. Voici la mienne.

Accessoires Festool :

Serre-joints rapides ou à vis.

Autres serre-joints qui peuvent aussi serrer des pièces rondes.

Les accessoires de rail d’origine peuvent bien sûr toujours être montés.

Une fois réorganiser voici ce que ça donne. J’ai de la place pour circuler autour.

Module d’aspiration :

L’aspirateur est dans un caisson avec quatre roulettes pivotantes se qui bien plus facile à déplacer dans l’atelier.

L’ancien atelier étant bas, j’ai dû couper le bras d’aspiration. Malheureusement, impossible de retrouver le tube manquant. J’ai rallongé avec un tuyau PVC que j’ai chauffé pour qu’il épouse parfaitement le bras. Il est fixé derrière le caisson roulant.

Sur le dessus, un systainer n°4 modifié avec intégration de prises. Il est fixé sur une vieille planche à roulettes Festool qui est elle-même vissée sur un CP. Un tuyau et une buse d’aspiration son fixé au moyen des adapt-L de chez Tanos. L’aspirateur est muni d’une prise télécommandée en attendant l’investissement du module Bluetooth.

Le workcenter est vissé sur un encadrement en CP qui lui même est posé sur le systainer. Tout est démontable rapidement pour vider le sac de l’aspirateur. J’ai de ce faite accès à tous mes accessoires pour la MFT. Et aussi à d’autres accessoires comme mes mèches à bois ou mes cales à poncer.

Sur le devant, un plateau tournant et un support pour ponceuse et visseuse.

En dessous, pelle et balayette.

CS 50 : vous pouvez trouver les modifications apportées à la scie ici https://layautewoodworking.com/2019/05/07/incra-sur-festool-precisio-cs-50-mais-pas-que/

J’ai rajouté des petites équerres pour entreposer mon guide angulaire INCRA.

Je me sers des rainures en T pour positionner poussoir et balayette. Tout est à portée de main.

Elle est posée sur un CP. Je lui est percé des trous pour que les pieds rentrent dedans. Le déplacement est facile puisque je lui est mis des patins en liège.

Conclusion :

Pour l’instant, ce nouveau poste de travail me va à ravir. À voir avec le temps si cela me convient toujours. Avec ses nouveaux plateaux, la MFT a pris un coup de jeune. Le gabarit UJK est vraiment très performant, mais reste cher. Il me restera à fabriquer des rallonges pour cet établi. L’aspirateur avec son bras associé au workcenter est tout simplement génial. J’ai acheté cet ensemble y’a de ça 10 ans maintenant. La CS 50 a trouvé une nouvelle table de sortie. Je vais encore optimiser la place en dessous du guide INCRA en lui rajoutant un petit meuble sur roulette pour entreposer lames et accessoires de sécurité.

N’hésitez pas à partager, liker, commenter et abonner vous pour suivre le blog.

Merci

Arvi pa

Nicolas

2 commentaires sur « Ma Festool MFT 3 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s